WAIT

Après « Pilotez une aquarelle », Xavier Chevalier, punk romantique influencé par la Beat Generation , à la manière d’un Jack Kerouac se retrouve de nouveau « Sur la route »* et nous lance avec lui dans « Trompe l’œil ». Afin de ne pas être « Le vagabond solitaire »* il construit sa vie et son œuvre en tissant des liens humains et artistiques tout le long de son parcours. Il transforme le paysage en œuvre d’art et l’œuvre d’art en paysage pour tromper l’œil et le temps. Il en joue et se révèle artiste au quotidien et homme dans l’art et grâce à l’art. Au volant de sa voiture il traverse le temps, le temps d’un rallye et l’espace afin de rallier une galerie où exposer ce qu’il a partagé avec les autres, co – pilote, organisateurs de la course, concurrents, public, ce que les autres ont vécu…ou non. Jean-Paul Dubois écrit « Il ne faut jamais se tromper de vie. Il n’existe pas de marche arrière. » Héraclite affirme qu’on ne se baigne jamais deux fois dans le même fleuve. Voire ! Xavier Chevalier est capable, lui, de jouer sur plusieurs temporalités, plusieurs perceptions ( ou absence de perception) de la réalité. Il dispose de plusieurs marches arrière et avant à la fois afin de vivre le plus intensément possible sa vie comme un parcours, jouant sur l’espace et le temps, et l’art comme sa vie à moins que ce ne soit sa vie comme un art. Allez savoir ! Vivre le temps différemment, développer le temps, décupler l’expérience créatrice et, comme un caméléon, se fondre dans le paysage qu’il suit et traverse à la fois, œuvre d’art totale. Xavier Chevalier n’est pas qu’un punk romantique ; acteur de l’ombre, exhibitionniste soft, il transforme le quotidien en art avec des rugissements de moteur. Trompe-l’œil, trompe le temps ! Adepte du « Do it yourself », il se lance indéfiniment dans une quête d’absolu à partir de rien, entrelaçant le métier d’artiste à celui de régisseur d’exposition, passeur d’art à partir de sa propre vie. Il cite volontiers « Fluxus », ce courant artistique des années 60 qui ne se considérait pas comme un mouvement. Paradoxe pour cet adepte du rallye, qui nous emmène dans la mouvance du Situationnisme pour lequel l’art était une dimension de la vie et de la société à ne pas cantonner aux cimaises des musées.

Pour tromper l’attente et réunir le budget nécessaire à la réalisation de « Trompe-l’œil », Xavier Chevalier ne s’en remet pas à un mécène ou à un crowfunding. Do it yourself ! et nous avec lui. Il nous invite à partager sa démarche. Jusqu’en octobre 2020, date du rallye, le temps nécessaire au bouclage de son budget, il proposera une œuvre réalisée avec un pochoir laissant apparaître le mot WAIT réalisé au stylo, le pochoir étant le même pour tous les exemplaires mais chacun d’eux étant unique et daté, certifié, signé avec la mention du lieu et du jour de sa réalisation car Xavier Chevalier emportera partout avec lui le fameux pochoir. A vous de réserver l’œuvre dont la date correspondra au jour qui vous conviendra : date anniversaire de mariage, de naissance, de divorce… Sachant qu’il n’y aura qu’une exécution par jour et qu’il vous faudra donc réserver et patienter -WAIT- pour recevoir votre œuvre en échange de 50 euros. Manière là encore de jouer avec le temps, de passer commande pour le futur ou pour un passé à venir puisqu’il sera même possible d’acheter une réalisation après coup, pour une date qui n’aurait pas été réservée à l’avance s’il elle a été laissée libre. Vous suivez ? Alors, « A vos marques, prêts, partez ! »avec le punk romantique sur les routes aventureuses de l’art ! Et vous deviendrez collectionneurs privés et privés de votre œuvre lorsqu’il vous faudra peut-être restituer le temps d’une exposition votre WAIT personnel et l’attendre pendant qu’il voisinera avec d’autres, chaque attente se mêlant aux autres pour créer une nouvelle œuvre. Tous ces WAIT seront accompagnés de deux SEE réalisés pendant les deux jours de course. Peut-être le vôtre, tiré au sort pour exposition, faisant de vous et de l’art un vaste jeu de poker dans lequel vous aurez payé pour voir, pour avoir et pour être vu. Pour certains, « Dieu est un fumeur de havanes », pour d’autres, l’art est un jeu. Entrez dans le Marché Opus 2 et réservez une œuvre de Xavier Chevalier. Jouez avec lui !

Paul Rassat